Voici un retour d'expérience "post méditation" 

Pour moi ça bouge d'une façon incroyable depuis mardi. J'ai d'abord passé deux jours dans l'inertie la plus totale : envie de rien, lourdeur, comme absorbé à l'intérieur de moi, ce qui a fait remonter pas mal de culpabilité et de colère.

Ma compréhension s'élargit de jour en jour. Je comprends entre autre pourquoi je stagne dans certains domaines de ma vie depuis quelques temps. Et j'ai le sentiment grandissant d'être créateur, c'est même parfois quasi extatique, avec l'impression d'avoir toutes les clés en main pour pouvoir changer ma vie.
Bref, j'ai l'impression de tenir les pinceaux de la couverture de ton livre « Créer sa vie » ! Et de comprendre au niveau viscéral ce que tu as voulu exprimer à travers cette image.

Je comprends également la différence entre ce que Laurent Levy appelle le "presque" et le "déjà accompli". C'est ce que tu illustres dans ton livre à travers l'exemple: "j'essaie d'avoir ce job, ou bien je fais déjà partie de l'équipe". C'est clair maintenant pour moi, et ça fait toute la différence !

Mon rapport aux exercices énergétiques est en train de changer aussi. Par exemple, demander avec les mots de faire venir une émotion ressentie dans mon corps est fastidieux et limitant. Car ça ne nomme pas la totalité de ce que je ressens, et ça fait trop intervenir le mental. Alors que si j'imagine simplement l'extraire avec tous ses liens et causes dans tous les univers, et que je la dépose dans mes mains avec toutes les sensations qui émergent dans l'instant, ça mobilise davantage d'énergie, de manière plus complète et plus profonde. Ca amène plus de fluidité, de simplicité, et donc de confort.
De même, je continue de déposer l'énergie dans un vortex et de couper les liens, mais je le fais plus par humilité, et aussi parce que ça me rassure. J'ai en effet ressenti à un moment donné que de penser "Source" tout en respirant profondément était suffisant.

J'avais également eu un bugg avec la notion de justesse que l'on a évoquée lors de la méditation. C'est venu me bousculer alors que j'étais en train de jouer avec le dépassement de mes limites (notamment au niveau sportif, car j'aime courir mais je n'ai pas une bonne récupération). 
Sur le moment, j'ai donc donc vu la notion de justesse comme une limitation, de manière statique, c'est à dire de rester dans un entre-deux et de ne pas en bouger. Mais une fois la frustration digérée, j'ai vu que le justesse pouvait tout à fait être compatible avec le processus évolutif. Je l'ai vue comme une notion dynamique : j'ai compris que ma justesse d'aujourd'hui n'est pas celle de demain, que je peux donc toucher une limite, la respecter avec amour, tout en ressentant la joie d'éprouver cette sensation et de savoir que je suis en train de la dépasser.

Une autre chose aussi : certains jours le mantra "Que ta volonté soit faite" me semble puissant et me fait du bien. Mais à d'autres moments je le vis comme une limitation, comme si ça me plaçait dans un personnage qui se soumet à une autorité (je note mon rapport à l'autorité au passage).
A ce moment-là, je me sens donc "en dehors" de la création, mais si je me place comme Source incarnée, alors là ça résonne davantage, et je me sens au premier plan du processus créatif.

Voilà, je vais m'arrêter là car ça commence à être long !

Activités à venir

Vidéos

Réveiller le maître et le disciple intérieurs

Réveiller le maître et le disciple intérieurs