Je prends la plume au nom de tous les taiseux, les frustrés, les déçus, les jaloux, les envieux, les colériques et autres handicapés des webinaires vidaliens.

Moi aussi, j’aurais voulu rencontrer Dieu, ça m’aurait bien plu de tomber en pâmoison, de témoigner d’épousailles célestes. Je me serais contentée plus modestement d’un voyage en classe économique pour le 7eme, le 5eme voire même le 1er ciel...

Et bien non, au sortir, j’étais remplie de "pensements" de frustration, de jalousie, d’envie et de colère (de toutes ces choses qui ne sont assurément pas divines), certaine aussi qu’une bûche aurait ressenti plus d’émotions que moi.
Ça me collait grave, pire qu’un chewing-gum. Et derrière tout ce fatras émotionnel, une douleur, un cri : « pourquoi pas moi ? »

Alors, à grands renforts de silence, de ciel, de lumière, de nuages et de chants d’oiseaux, j’ai retrouvé mon centre, l’endroit où se tient « l’homme debout », l’endroit où l’histoire personnelle se délite pour ne laisser qu’énergie...

Et là, des profondeurs du silence a surgi un : « Je ne sais rien, je ne peux rien, je ne veux rien. Que ta volonté soit faite »

Qu’ils nous mènent au paradis ou en enfer, il semble bien que les webinaires vidaliens nous fassent avancer

Activités à venir

Vidéos

La méditation planétaire, un enjeu individuel et collectif

La méditation planétaire, un enjeu individuel et collectif