Au-delà de notre prison mentale se dévoile un espace infini et éternellement immaculé. Cet espace est vide, c’est un vide divinement plein de vie. C’est la Vie elle même, au-delà de tout concept !

LA NON-DUALITÉ

Non-dualité (Advaïta en sanscrit), signifie « non deux ou Un sans second ». La Non-dualité n’est ni une religion, ni une philosophie ; Elle les transcende, les unifie, les couronne. Les sages et les initiés de différents courants religieux sont tous d’accord sur leur expérience de la Non-dualité, c'est une expérience de non-séparation, d’unité. La disparition du moi au profit du Soi caractérise la non-dualité.

La Non-dualité est au coeur même de l'Indouisme, du Soufisme, du Bouddhisme Zen, du Shivaïsme et des enseignements du Christ.

Alors que l’exotérisme de beaucoup de religions et philosophies est tparsemé de contradictions et de conflits bien menés par des personnes installées dans la dualité, l’ésotérisme des principaux courants religieux révèle une expérience commune, l’unité. La Non-dualité c’est le regard Un, la communion entre Dieu et les hommes, entre le non-manifesté et le manifesté. La Non-dualité ne s’oppose pas à la dualité, elle l’inclut. C’est la Conscience totale qui contient tous les niveaux de conscience, c’est l’Illimité qui contient le limité, c’est l’Amour qui contient toutes les formes d’amour et de non amour.

La dualité se manifeste par des « j’aime / j’aime pas », des « je veux / je ne veux pas » qui sont des expressions de l’ego qui tente de contrôler le monde. L’ego est déterminé par sa prédisposition à expérimenter ce qu’il veut bien expérimenter. Il discrimine en fonction de ses choix personnels. Il rejette les expériences qu’il juge insupportables et multiplie celles qu’il trouve agréables.

Pour sortir de la dualité, il est nécessaire d’aller au-delà de l’expérience, d’accueillir ce qui est. Ce qui est, est. Ce n’est pas négociable. L’ego se battra farouchement pendant des années, essayant d’échapper à ce qui est.

Plonger sa conscience dans ces nœuds de souffrance, accueillir ce qui est et lâcher prise aux intentions personnelles qui ne peuvent se réaliser permet de retourner dans un espace de paix, d’amour et de créativité.

Tant de conditionnements hantent notre mental. Il faut le bien, mais pas le mal ; il faut le plaisir, mais pas la souffrance ; il faut le désir, mais pas la peur ; il faut l’amour, mais pas la haine. Unifier ces paires de dualités c’est leur donner le droit d’exister sans s’y opposer. C’est les accueillir au royaume de l’amour, c’est bénir ce qui est. Tout cela est possible lorsque nous nous désidentifions d’un côté de la paire, quand nous lâchons prise. Ce mot sur-utilisé trouve ici tout son sens. Quand nous désirons un côté et résistons à l’autre, nous sommes piégés dans la dualité. En lâchant prise à l’un des deux aspects de la dualité, nous retrouvons un espace intérieur accueillant, intelligent, aimant et transparent. C’est notre espace originel de paix et d’amour.

Soudainement, tout s’articule à partir d’un champ lumineux et joyeux, un espace de perfection indicible.

Inscrivez-vous à notre infolettre