Mourir à soi est le prix de la liberté.

Témoignages

Témoignages des participants

024 - Jacques G.

Tout d'abord je reviens au soir de la conférence, ou d'une façon complètement incompréhensible à mon intelligence, j'ai senti une pression incroyable dans la poitrine ! C'était extrêmement fort, inattendu, et je sentais qu'a un niveau de l'énergétique spirituelle, mon cœur répondait à un appel ! Mais en même temps c'était douloureux et, il avait l'air de faire ce qu'il voulait ! Je me suis dit : « Il faut absolument continuer cette histoire là ! c'est pour moi !
Je suis venu au stage avec la question : comment demeurer ? ( sous-entendu dans la Présence.)
À l'issue du stage j'avais la réponse. C'était clair, parce que j'étais dedans ! Et c'était stable.
À mon insu et malgré quelques « expériences » d'éveil, j'avais recréé un voile conceptuel, qui consiste à croire que notre nature éveillée est en arrière-plan ou derrière le mental (ce qui me paraît incroyable maintenant) et que le mental était le premier plan, celui avec le quel je fonctionnais, et que pour passer en mode « éveil » si on peut le dire comme ça, une vigilance s'imposait pour trouver le « sans penser ».
Et c'est ça qui est tombé ! L'évidence de la présence m'a montré qu'elle avait toujours été la ! Et que c'était moi ! Rien n'avait changé ! J'étais toujours le même, mais sans effort, c'est-à-dire que mon fonctionnement mental était désormais à sa place ; en arrière-plan, et qu'il pouvait bondir hors de l'eau comme des dauphins, d'une mer(e) de silence.
Il m'arrive de par mon métier d'être pris dans une joute mentale ou intellectuelle ; et je suis complètement dedans ! Mais dès que je m'arrête, et que j'écoute les autres... Je suis tout étonné de retrouver le silence en premier plan.

Je t'embrasse affectueusement.